Attention, Danger!

Il convient d’observer les consignes de sécurité indiquées sur le RockWheel (valable aussi pour plusieurs autres types de wheels, dont le gotway). Voir images  et vidéos ci-dessous.

warning_rockwheel
En particulier en cas d’accélération, ne *jamais* se pencher en avant, au risque d’aller au devant d’un grave accident! En tout cas tant qu’on ne connaît pas parfaitement les limites de sa machine.

Pour accélérer, en principe il faut incliner le Wheel vers l’avant en inclinant les pieds, mais le corps doit toujours rester droit, vertical, en équilibre.

Si vous ne respectez pas cette consigne de base, voilà ce qu’il se passera.
En cas d’accélération, le moteur va atteindre un point où il ne pourra pas accélérer plus fort et il ne pourra plus compenser votre déséquilibre vers l’avant. Le Wheel va d’abord beeper pour prévenir du danger et vous allez vous sentir basculer en avant, à pleine vitesse. La chute est déja engagée. Plus vous perdez l’équilibre vers l’avant, plus on approche du point où le wheel, moteur toujours à fond, se mettra en ‘tilt‘ : le moteur arrêtera de pousser et vous serez projeté en avant (plongeon) à pleine vitesse. Le tilt est une technique pour protéger le moteur en cas de surcharge.

Autant dire que l’atterrissage sera violent, et douloureux.

Si vous avez de la chance, vous aurez le temps de mettre vos mais en avant pour amortir la chute mais attendez-vous à des dégats aux mains, doigts, poignets, hanche, genoux, menton. J’écris ces ligne du service des urgences à l’hopital : je me suis cassé un doigt, plus d’autres dégâts.

Cela m’est arrivé, et je ne suis pas le seul, et de loin !

Conclusion : ne jamais se pencher en avant.


Petit update tout de même : les wheels récents (par ex. GotWay Msuper et GotWay MCM à partir de la v4) disposent d’une fonction dite de tilt-back qui, lorsque le système arrive proche de la limite, redresse les pédales ce qui vous fait mécaniquement ralentir.

31 réflexions au sujet de « Attention, Danger! »

  1. Bonjour, c’est en cherchant une législation claire à propos des ME. que je suis tombé sur votre excellent site: apparemment le seul qui en parle avec des textes concrets. C’est pour le Luxembourg mais ça se recoupe avec les infos(très disparates )avec celles recueillies pour la France. Bon, c’est plus clair et finalement logique: Cependant,une question se pose: puisqu’on est assimilé à un piéton, l’est-on toujours comme tel(et assuré par une assurance type familiale) lorsque le « piéton » se promène le long d’une route…(où il n’y a pas de trottoir)?
    Faut-il « rouler » en contre-sens à gauche?
    Et plus généralement, l’assurance responsabilité familiale suit-elle le mouvement? Quelqu’un a-t-il des infos?
    Ceci dit, je me suis mis au M.E. à 65 ans( ancien prof de sport mais quand même). C’est vrai qu’au cours des deux premières heures, on se demande vraiment pourquoi on a acheté cet engin!
    Cela fait un an que j’en fais tous les jours, non seulement parce que c’est agréable mais j’y ai été encouragé pour un tout autre motif inattendu dont je parlerai plus tard. J’en reviens à mes débuts(réalisés sans aucune aide extérieure) en style raccourci car effectivement on peut en faire un petit bouquin! Voici quelques descriptions qui peuvent être utiles sur plusieurs plans:
    Tout d’abord, ne pas avoir peur du ridicule, ça commence par là!
    Ne pas hésiter(pour les vieux surtout) à disposer les deux petites roulettes en dessous des pédales et évoluer(par exemple autour d’une grande table de jardin) et sur une surface BIEN lisse pour commencer.Cela permet de se familiariser tout doucement avec la marche avant et arrière et UN DÉBUT (très modeste de l’équilibre latéral).Au début, ne jamais s’acharner plus d’une demi heure, car on sollicite des muscles pas vraiment habitués à travailler (voire un échauffement GENERAL nécessaire et plus particulier pour les articulations des membres inférieurs). Ne pas oublier que les nouvelles connexions cérébrales se renforcent la nuit pendant le sommeil. Ne pas s’acharner car un muscle fatigué ne répond plus comme il doit le faire. Donc, autour de la table(changer de côté régulièrement) on essaie de tourner avec le peu de marge d’inclinaison que l’on a car les petites roues limitent l’inclinaison latérale. On peut surgonfler légèrement pour mieux sentir cette recherche d’équilibre. Il faudra donc au début beaucoup « jouer du cul » pour tourner.
    Ensuite, on quitte la table et il est fortement conseillé de trouver une surface LISSE car même les petits graviers ne font pas bon ménage avec la dureté des petites roues latérales. Puis va venir le jour où on enlève les roues de soutien, c’est là que ça se complique mais…astuce: (on n’oublie pas que le ridicule ne tue toujours pas!)
    En fait, il faut diviser la charge de travail: 1) se positionner en équilibre latéral est le plus difficile et 2) se pencher en avant pour démarrer. La difficulté est le laps de temps très court qui existe entre les deux actions.Donc, au début j’ai utilisé UN bâton en bois solide ( un stick de ski est mieux). J’ai dit UN car si on en a deux, inconsciemment on a tendance, par réflexe, lorsqu’on a démarré quelque peu à les mettre en avant, et si les choses se passent mal on risque de s’emboutir dessus (ou autre) et de se faire très mal.
    Donc: on apprend à maitriser, à l’arrêt, l’immobilité de l’engin et sa bonne tenue latérale(légèrement penché vers l’intérieur avec un seul pied, l’autre doit se trouver AU SOL parfaitement aligné avec le premier ET le bâton au sol ALIGNÉ ÉGALEMENT avec(et à côté) du pied au sol. Donc les trois appuis doivent se trouver sur un même plan frontal, ce qui permettra (avec l’aide du bâton ) de se retrouver en équilibre sur les deux pédales, calmement et à l’arrêt. On comprend que l’on pourra opérer l’inclinaison en avant dans de bonnes conditions au moment où on le décidera. Une fois parti, on laisse le bâton traîner sur le sol et EN ARRIERE, il servira de référence car le cerveau va s’en servir inconsciemment pour ajuster l’équilibre gauche/droit.
    A ce stade on ne fera peut être qu’environ un mètre avant de dévier: C’est à ce moment que l’on cherchera à contrôler l’arrêt(se pencher en arrière) en choisissant systématiquement le même pied qui reprendra le sol le premier.(Généralement celui qui était au sol au départ).
    On ne s’acharne pas! (Maximum une demi-heure par jour)
    Ensuite on maîtrisera de plus grandes distances(toujours avec le bâton) Puis, après quelques jours, on s’exercera (avec le bâton mais uniquement pour l’effet psychologique) mais sans l’utiliser pour s’appuyer à donc poser le deuxième pied très rapidement, au même niveau que celui qui est déjà sur la pédale,mais surtout en évitant de s’emboutir la malléole sur le bord de la pédale car ça fait très mal! Il est fortement conseillé de trouver l’astuce pour la protéger!(Personnellement j’ai débuté avec un Pukka qui vend les coussins de protection.)Et puis voilà, après une cinquantaine de tentatives on finit par laisser tomber le bâton.On ne s’étonnera pas de sentir des douleurs à l’intérieur des tibias (jusqu’à des gonflements des aponévroses irritées par les bords supérieurs de la machine. Cela disparaîtra quand on aura atteint un bon niveau de décontraction au niveau des pieds.J’oubliais: au cours de l’apprentissage si vous parvenez à aller en ligne droite mais que vous sentez le M.E. trembloter de gauche à droite, c’est bon signe, car cela montre que les connexions neuronales s’adaptent à la situation, cela disparaîtra très vite au profit d’un automatisme.
    Ensuite on s’exercera à godiller entre des plots, puis à faire des cercles de plus en plus petits, puis à progresser en regardant ou tournant la tête à gauche, puis à droite, bras croisés, mains en poche, bras en arrière etc…
    Voilà, c’est long mais c’est le mode d’emploi pour les découragés ou les « vieux » ou quand on n’a personne pour se faire aider!
    Dans tous les cas, ne jamais faire l’idiot, agir et évoluer prudemment, sans brusquer en suivant les excellents conseils apportés dans tous les commentaires.
    Enfin, pour terminer, avec la pratique du monocycle (une année pratiquement maintenant) je constate que je me suis naturellement soigné le dos: J’avais de gros problèmes aux lombaires (tassements, lumbagos à répétition, etc…) La pratique du M.E m’a renforcé tous les muscles profonds et intervertébraux liés au gainage du bassin. C’est littéralement spectaculaire, je n’ai plus de douleurs depuis une année, je ne me relève plus du canapé comme un vieux et plus de lumbagos. Ceci est dû au fait qu’on est en translation permanente et obligé à maintenir la ceinture abdominale et fessiers en alerte permanente (sinon c’est casse gueule!) Cet exercice de musculation indirecte est pratiquement inédit, et c’est, outre cette impression agréable de glisser littéralement à ras du sol, devenu pour moi un excellent moyen thérapeutique, je tenais à en faire part.
    Une fameuse et précieuse expérience!
    Merci à ceux qui m’ont lu jusqu’au bout…!

    1. Ton post est à lire absolument !
      C’est merveilleux que la pratique du monocycle ait pu soigner ton dos ! bravo !
      Quant aux aspects assurance, je ne sais pas. Désolé.
      Tu peux venir sur WeChat pour en parler.

  2. Salut à tous,

    J’ai fait un petit tour d’horizon de ce site que j’apprécie bien.
    Pour me présenter, je suis Wheeler depuis novembre 2015 et roule sur une GotWay 14 680 Wh achetée chez e-roue à Paris.

    Excepté deux cartons de débutant pas trop violents, mais douloureux quand même, je n’ai subi aucune autre contusion du fait de la monoroue. Des frayeurs, oui par contre. À Paris surtout, quand j’ai roulé au milieu de passants par forcément regardant comme moi je le suis… Je suppose que chaque Wheeler en a fait l’expérience. Personne n’a eu de carton à cause d’un tiers ?

    Mais pour revenir à ma GotWay 14, j’en suis totalement satisfait. Même dans des côtes où le piéton que je serai devrait se donner de la peine, eh bien la GW ne bronche pas :-D. C’est particulièrement grisant.

    Voilà pour mon petit témoignage, et bonne roulade à tous 😉

      1. Très aimable Webmaster 😉

        Je voudrais essayer de trouver plusieurs choses sur ce site.
        Et vais naviguer dans ce but.

        Sinon, en terme de sécurité comme je suis sur la bonne page, je connais des difficultés à partir sans l’aide de quoi que ce soit. C’est-à-dire que je suis obligé de m’appuyer pour m’équilibrer sur la monoroue. Sans quoi, je pourrai devenir dangereux pour les passants, et pour moi même aussi, bien évidemment.
        Tous les débutants sont-ils sujets à ce manque d’expérience, de coordination ?
        Je dois dire que ça m’énerve un peu de ne pouvoir partir directement comme tout bon piéton. Et en terme de sécurité, ce n’est pas idéal. Pour s’arrêter par exemple…

        Existe-t-il une parade ? Un truc que je n’aurai pas saisi ?

        Merci d’avance à toute réponse 🙂

        natureL

        1. Salut,

          En effet, lorsque j’ai débuté, c’était dans le couloir de ma cave, je pouvais me tenir des deux côtés. Cela m’a pris un temps fou ne serait-ce qu’à savoir monter dessus.
          Ma roue est assez rudimentaire, et je n’ai pas eu de conseils.
          Certains savent rouler en 20 minutes; moi, il m’a fallu une semaine rien que pour arriver à monter dessus à raison d’exercices très courts. Mais j’ai atteint un bon niveau sur les sentiers que peut-être d’autres n’auront pas atteint.

          Il semble que les roues modernes disposent d’assistance au démarrage, il il est conseillé d’utiliser une sangle pour protéger la roue en cas de chute.

          Je t’invite à rejoindre la communauité sur WeChat pour en parler avec d’autres.
          Il y a aussi pas mal de tutoriels sur youtube que tu peux consulter.
          Et sur ce blog beaucoup de témoignages et un article ici :

          Tiens-nous au courant de tes progrès !

          1. Salut, je profite pour vous commenter, que effectivement, j’ai maitrisé ma gotway 14, en 20 minutes. Mais contre coups, attention, à l’ abus de confiance, qui s’ avère etre ultra dangereux, j’en ai fais l’experience, croyer moi. Donc prudence prudence, prenez le temps, de vous perfectionner, vous n’en tirerez que du bonheur. Voilà pour mon retour d’experiences.

          2. Salut Webmaster et à tous,

            Depuis mon précédent post, mon assurance sur la roue s’est étoffée. Mais sans pour autant que je me sente des ailes portant à des prises de risques inconsidérées :-D.

            Ceci dit, si les débuts furent laborieux (en solo aussi), c’est rétrospectivement un plus pour avoir une bonne conscience de son niveau et de là où les choses deviennent risquées. Dès que retentissent les trois bips par exemple (même si c’est rarement), je décélère immédiatement… ;). Et à ce jour, seule une troisième chute (légèrement douloureuse aux mains) s’est ajoutée à mon « palmarès ».
            En revanche, ma GotWay 14 en dépit des heurts qu’elle a subi :-(( se révèle être l’instrument parfait de mes déplacements où que j’aille (trottoirs plus ou moins plats, voirie piétonne récente et liiiissse, chemins forestiers sans qu’ils soient trop gadouilleux, sinon gare aux chutes !).

            Toujours à ce jour, mes départs (sans assistance) en roulant aussitôt le deuxième pied posé se passent de mieux en mieux. Ce n’est pas encore totalement au point, mais comparé au tout début, quelle joie de se sentir autonome !

            Bref, si ce n’est qu’en ces jours de luminosité réduite, je peste un peu sur l’obscurité occultant les défauts du sol comme sur l’absence de projecteur, phare ou source lumineuse de ma monoroue, et attendant donc le rallongement du jour, je reste absolument conquis par cette merveille technologique que jamais je n’aurai imaginé « chevaucher » il y a encore quelques mois !

  3. salut à tous moi j’habite a coté de ESCH et j’ai eu un RW camouflage que j’ai bien maitrisé en 2seances de 20min
    mais apres 2 jours juste devant chez moi (heureusement!!!)
    chute à vitesse MAXI ! le RW à completement bloqué net …
    resultat avant bras en miette ! mon radius casser en 2 comme un vulgaire morceau de balsa …
    et malgré ca je voudrais bien remonter sur une roue du coté de LUXEMBOURG…donc si vous etes d’accord pour une petite biere. …moi c’est OK

  4. Bonjour, alors effectivement je viens d’etre victime d’une belle chutte, genoux détruit. Je viens d’acquérir la gotwayG14 680. Tres bon produit au passage,il se trouve que je n’ai pas observé ou entendu le fameux quadri bips, resultat un vol plané imparable.Les cales pieds ne se sont pas soulevés, je n’ai pas bien compris ce qui m’est arrivé. Enfin quand on tombe de cheval, il faut remonter, ce que je ferai dès que je serai à nouveau en état.

        1. J’espère sincèrement que tes blessures ne sont pas trop graves !
          Moi, je souffre toujours de l’épaule … ma chute date d’il y a 1 an !
          Tu roulais en quoi avant GW ?
          Viens nous rejoindre ici :

          1. Ben en fait, il se trouve que j’ai fais un véritable salto et j’ai attéri sur la pointe du pieds droit. Le genoux à gonfler de suite mais n’est pas rentré en contact avec le sol. Je viens tout juste de découvrir, ce petit moyen de transport sympa,mais ce sont malheureusement des petits accidents qui arrives.

          2. En tout cas, une chose est sûre, tu as choisi du lourd. GW 680 Wh, c’est déjà du sérieux.
            Tu as acheté comment si ce n’est pas indiscret ? Direct en Chine ? revendeur/magasin ? commande groupée ?

          3. Salut, merci pour l’appréciation, je me suis rendu sur place en boutique, à paris chez E-Roue. J’ai écouté les conseils du vendeur, et après un bref essai, je me suis rendu compte, que ça allait bien bien le faire et j’ ai acheté. Une attente de 10 jours avant livraison, ensuite
            j’ai rapidement maitrisé l’engin, environs 20 minutes. Deux jours après je chutais bètement, mais surement.

          4. Merci merci, tkt pas je serais tres prudent à l’avenir,disont que ce sont des début difficile, mais ça ira par la suite.

  5. merci à toi , mais quand il pleut un petit peu pour l’appareil et l’électronique qui est dedans c’est mauvais? ! y t’il un rodage du moteur a faire et d’après ce qui est écris ne pas s’en servir s’il fait moins de 10 °degré! je suis désolé mais s’est important pour moi de savoir tout çà …merci d’avance pour tes réponses

    1. Salut Nikkie,

      Alors, tes impressions ?
      La pluie ne gêne pas, le capot est étanche. On trouve aussi des housses de protection type k-way (fluo, cela s’entend!), pour garantir l’étanchéité, surtout lors qu’on a déjà ouvert l’appareil (comme moi).
      Pas de rodage à ma connaissance.
      Le motoréducteur fait plus de bruit avec le temps. Meme chose que sur un vélo équipé de shimano alfine, par exemple. Normal.
      A mons avis, il est utilisable jusqu’à 10° en dessous de zéro. Plus il fait froid, plus la batterie aura du mal, mais c’est normal. Moi j’ai fait la plupart de mes sorties en forêt par 8°C sur herbe mouillée, et jamais eu de problème !

      1. bonsoir et merci pour tes réponses , je m’en sors bien jusqu’à présent , j’a ides bleus aux mollets mais je n’ai pas mal , je pense que tu voulais dire 10 ° DEGRÉ AU DESSUS DE ZERO ! tu as le RW 16 comme moi ? si oui et que tu l’as djà démonté , j’ai une led verte qui est éteinte , donald me dis que çà c’est déssoudé pendant le transport , j’ai déjà utilisé de la soudure , crois tu que je peux ressouder la diode ou alors elle est morte ? merci d’avance

        1. Hello Nikie.
          J’ai demandé à Donald et il confirme que le RW peut s’utiliser à 10 degrés en dessous de 0. La batterie, par contre, aura bien moins d’autonomie.
          J’ai le RW12. Si tu as une LED éteinte, tu peux toujours essayer de démonter et réparer, mais je dirais que s’il ne s’agit pas de la bleue tout en haut, ou la rouge en bas, alors ça va pas vraiment gêner, si ce n’est esthétiquement… Je n’en sais pas plus, désolé…

  6. je ne comprends pas vraiment ce que vous dîtes , quand on démarre sur le rockwheel : comment doit on avancer ? pour le solowheel apparemment il faut se pencher en avant comme les vidéos le montre , merci pour votre réponse ….

    1. Salut Nikkie. Alors, tu as reçu ton RockWheel ? Pas trop difficile au début ? Moi, ça m’a pris une bonne semaine à raison de 10 min par jours pour être autonome.
      Quant à se pencher, est-ce qu’un coureur de 100m vitesse se penche ? oui, au démarrage.

      1. bonsoir redtomato, super au bout de 5 mn je me suis débrouillée toute seule avancer sans me tenir tourner freiner accélérer par contre j’ai du mal pour tourner du côté gauche , je n’arrivais pas a vouloir m’arrêter au bout de 50 mn , je tiens assez bien l’équilibre , ma position est quand même que je place les pieds un peu plus en avant pour que ça ne fasse pas trop mal aux mollets ! t’en sers tu quand le sol est mouillé ? et sil pleut un peu ? s’est important pour moi , merci d’avance

        1. Salut Nikie ! congratulations !
          Moi, ça m’a pris plus de temps, et pourtant j’ai fait pas égal de roller dans ma jeunesse 🙂
          En effet, j’ai essayé le RW dans le boue, et sa réaction est la suivante : dès que l’adhérence est perdue, il se met à accélérer à fond puis il « tilte », un peu comme quand on le soulève. La neige, je n’ai pas eu l’occasion, mais c’est déconseillé. Quand au sol mouillé, pas de problème. Tant que l’adhérence est là…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *